Dans une circulaire intitulée « Consolidation des plans français et mathématiques », le ministre précise que les formations dites « en constellations » constituent « un objectif de formation essentiel et une priorité en matière de remplacement ». Et cela alors que les postes manquent partout et que, dès la rentrée, des classes se sont retrouvées sans enseignant… […]

Il s’agit pour le ministre de mettre au pas les personnels, tant sur le plan pédagogique qu’en les soumettant aux contreréformes, allant ainsi à l’encontre de la liberté pédagogique.
Cela passe également par d’autres dispositifs qui s’articulent entre eux : évaluations d’école, renforcement de
l’accompagnement PPCR, mise en place d’une hiérarchie intermédiaire pour caporaliser la profession (conseillers pédagogiques, PEMF, directeurs d’école ?) …

Le ministre cherche à faire de l’école son propre recours. Il veut responsabiliser les enseignants notamment sur les résultats des élèves qui reposeraient sur eux et non plus sur le système éducatif (contre­réformes, manque de moyens…). Le ministre utilise donc ces formations par constellations pour aboutir à son nouveau management, à la France Télécom, basé sur l’accompagnement perpétuel PPCR.

Le SNUDI­ FO, avec sa fédération la FNEC FP ­FO, continue ses interventions à tous les niveaux pour faire échec aux remises en cause statutaires du « Grenelle » dont les formations « en constellations » forment un élément saillant. Elle invite les personnels à se réunir pour discuter des revendications et des moyens de les faire aboutir.

Retrouvez le 4 pages du SNUDI FO ci-dessous :

211105 Journal constellations