L’offensive du gouvernement contre nos droits, nos statuts et nos conditions de travail s’accélère aujourd’hui et prend la forme de mesures de territorialisation dans tous les domaines, mesures dont la FNEC FPFO a toujours demandé l’abandon.

Ainsi, plusieurs textes ont mis en place la réforme des rythmes scolaires qui permet à chaque commune, voire à chaque école de mettre en place un fonctionnement particulier en lien avec les PEdT. C’est cette logique qui préside aujourd’hui à l’expérimentation Macron à Marseille.

C’est la logique de la réforme du baccalauréat et du lycée aboutissant à un « diplôme » différent d’un
établissement à l’autre. Nous en demandons l’abrogation.

C’est aussi la possibilité donnée aux recteurs dans les instances départementales ou académiques de
modifier à leur guise les calendriers scolaires, conduisant à réduire les congés scolaires. C’est le cas
aujourd’hui par exemple en Guadeloupe, au prétexte que les écoles n’auraient ouvert leurs portes
que le 13 septembre au lieu du 1er septembre en raison de la pandémie.

Lire le communiqué de la FNEC FP FO ci-dessous :

21 10 20 - communiqué FNEC - territorialisation - remise en cause du calendrier scolaire des droits et des statuts-1