Pour la FNEC FPFO, l’expérimentation Macron constitue une attaque sans précédent contre l’Ecole Publique, contre nos statuts. Elle porte à son paroxysme la logique de territorialisation, de déréglementation et de privatisation contenue dans la loi Rilhac, dans les Cités Educatives et dans la loi Blanquer.

Mais cette annonce suscite une résistance chez les personnels.

Ainsi, 40 premières écoles de Marseille ont annoncé leur refus de rentrer dans cette expérimentation. Elles indiquent notamment : « Nous refusons d’entrer dans l’expérimentation proposée par Emmanuel Macron () Et nous appelons l’ensemble des écoles à boycotter massivement cette proposition. () Il est inconcevable pour nous d’accepter que les directeurs puissent choisir les équipes pédagogiques. (…) Mais il est aussi inconcevable pour nous d’accepter la logique de contractualisation des moyens. Il est enfin inconcevable pour nous d’accepter l’explosion du cadre de l’Ecole républicaine »

Ces 40 écoles ont raison ! La FNEC FPFO les soutient sans réserve !

Lire le communiqué de la FNEC FP FO ci-dessous :

21-10-06-Communique-FNEC-FP-FO-retrait-experimentation-Macron-Blanquer