La proposition de loi Rilhac sera de nouveau examinée à l’Assemblée nationale les 29 et 30 septembre.


La délégation aux directeurs et directrices d’une autorité fonctionnelle et leur participation à l’encadrement
du système éducatif provoqueraient une profonde césure au sein des écoles et ébranleraient les équipes
pédagogiques. Le passage de la proposition de loi en commission parlementaire a permis aux député·e·s
et au ministre d’aggraver cette proposition de loi en ne proposant aucune amélioration des conditions de
travail des directeurs et directrices (décharges, aides administratives, formation) pour ne garder que
l’aspect autorité fonctionnelle. En refusant dans le même temps de réinscrire l’absence d’autorité
hiérarchique, les député·e·s laissent la porte ouverte à cette dérive. C’est un nouveau cap dans les
attaques qui est franchi.

Lire le communiqué intersyndical ci dessous :

document