En visite à Marseille, le président Macron a déclaré : « Il faut qu’on ait des directeurs d’école à qui on permet d’avoir un peu plus d’encadrement. Il faut que ces directeurs d’école ils puissent choisir l’équipe pédagogique… On doit permettre peutêtre davoir des aides en plus des enseignants en plus, dêtre doté de moyens, dadapter les rythmes scolaires pour les enfants, de penser le temps sportif différemment grâce aux infrastructures quon veut aussi mettre en place, de penser le temps culturel à côté de lécole différemment et de permettre de le faire, et en quelque sorte davoir une équipe qui nest pas simplement faite denseignants mais de pouvoir dabord choisir les enseignants qui y sont, être sûr quils sont pleinement motivés, quils adhèrent au projet, ce qui est je
crois normal parce que cest dur, et de pouvoir aussi y associer des acteurs extrascolaires qui partagent lobjectif. »

Le président Macron annonce ainsi un statut dérogatoire pour 50 écoles marseillaises pour la rentrée 2022. Il indique que cette expérimentation pourrait être plus largement étendue par la suite.

Au mépris du statut des enseignants fonctionnaires dEtat et du droit à mutation, le président Macron voudrait que les directeurs décole recrutent désormais les adjoints, pour sassurer quils soient tous « pleinement motivés »… Ces déclarations confirment la volonté du ministre Blanquer de mettre en place des directeurs supérieurs hiérarchiques des enseignants et de bouleverser le fonctionnement de lEcole de la République.

(…)

Le SNUDIFO nacceptera jamais, ni à Marseille ni ailleurs, ce projet de liquidationprivatisation de lEcole Publique laïque et républicaine, de mise en place de directeurs décoles managers et supérieurs hiérarchiques, de remise en cause du statut de fonctionnaire et du droit à mutation des personnels.

Lire le communiqué du SNUDI FO :

210903 Communiqué SNUDI-FO Annonces Macron Marseille