Le ministère a réuni les organisations syndicales au sujet de la dernière tranche des indemnités REP +.
Pour cette dernière tranche, s’ajoute au montant déjà existant : 400 € net annuel de part fixe et 200, 360 ou 600 € net annuel de part modulable :
– 25 % des collèges et écoles d’une académie (les moins « méritants ») verraient leur indemnité augmenter de 200 € net annuel ;
– Pour 50 % (les un peu moins « méritants ») : 360 € net annuel de plus ;
– Pour 25 % (les plus « méritants ») : 600 € net annuel de plus.

Cette proposition qui sera à l’étude du comité technique ministériel du 17 juin ne prévoit pas d’élargir le champ
des personnels qui sont pour le moment exclus du versement de l’indemnité REP+ (AESH, AED, assistants
sociaux…), ce qui est scandaleux.

Aucune revalorisation n’est envisagée pour les REP, dont l’avenir est bien incertain avec la mise en place des
« contrats locaux d’accompagnement » porté par le secrétariat d’Etat à l’Education prioritaire. Rien n’est envisagé non plus pour intégrer de nouveaux établissements en Education prioritaire, donc : rien pour les lycées anciennement labellisés « ECLAIR ».

Le paiement de la part variable serait effectué en « tout ou rien » (au prorata du service en cas de service partagé ou remplacement) : le montant de la part variable serait le même pour tous dans un même collège ou une même école. C’est d’une certaine manière la logique de la « punition collective ». Le risque de cibler les responsables et d’opposer les personnels entre eux est grand.

 


21 06 08 Communiqué prime REP+-1