Malgré cette période de congé, la mobilisation engagée le 26 janvier ne faiblit pas.

Dans de nombreux départements, les personnels, avec bien souvent parents d’élèves et élus, se rassemblent pour exiger l’arrêt des fermetures de postes, de classes, et les ouvertures nécessaires. Les 1800 suppressions de postes dans le second degré et la dotation insuffisante du premier degré, qui aboutit à des centaines de fermetures de classes, ne passent pas.


21 03 02 Communiqué - Les revendications demeurent