Depuis le 20 janvier, dans les lycées du département de l’Eure comme dans de nombreux départements en France, les E3C, épreuves du baccalauréat en contrôle continu, se déroulent dans des conditions indignes d’un diplôme à prétention nationale. Le rejet de ces épreuves d’E3C n’est pas le fait d’un lycée isolé. Très loin d’être le fait d’une « minorité radicale » comme le prétend le ministre Jean-Michel Blanquer, il s’étend. Chaque jour, on apprend que les épreuves donnent lieu à des manifestations de colère.
Des collègues chargés de surveiller les épreuves exercent leur droit de grève, car ils refusent de cautionner des épreuves qui sont la négation de leur travail d’enseignant.


Communique Intersyndical 04 02 2020 1