La réforme est une attaque d’une brutalité inouïe contre notre modèle de retraite solidaire, en particulier contre celle des agent-es publics. Les éléments de langage du gouvernement tentent d’imposer l’idée inverse mais ils ne résistent pas à l’analyse.

Désormais, les pensions ne seraient plus calculées sur la base de l’indice détenu au minimum durant les six derniers mois de la carrière mais sur l’ensemble des rémunérations perçues au cours d’une carrière, faibles salaires du début inclus.


Tract Unitaire Retraites