Snudi Force Ouvrière
Communiqué FNEC FP - FO du 11 février 2013

Aujourd’hui 12 février - Grève nationale pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires, pour le retrait du projet de loi Peillon. Que répond le ministre ?

lundi 11 février 2013 par FNEC FP - FO

Ce 12 février, à l’appel notamment des fédérations FNEC FP-FO, FERC-CGT, SUD-ÉDUCATION, FAEN, les personnels sont massivement en grève :

Pour l’abrogation du décret sur les rythmes scolaires.
Pour l’abandon du projet de loi d’orientation sur l’école.
Pour une amélioration des conditions de travail et de rémunération.

Ce 12 février le SNUipp-FSU a aussi appelé nationalement sur ses propres positions.

Dans un très grand nombre de départements des appels communs à la grève ont été lancés par de nombreuses organisations syndicales. La grève est particulièrement massive dans le premier degré, des milliers d’écoles sont fermées.

En répondant massivement par la grève, et en dépit des pressions de toutes sortes, les personnels confirment qu’ils ne veulent pas du décret sur les rythmes scolaires, élément essentiel de la future loi de programmation, qui a été largement rejeté par le CSE puis par le CTM. Le ministre a choisi malgré tout de passer en force en le publiant. Il n’a récolté que la colère des enseignants et l’incompréhension des élus.

En répondant massivement par la grève, les personnels confirment qu’ils ne veulent pas de la territorialisation de l’école programmée par la loi de refondation de l’école :

  • Nous ne voulons pas travailler dans les écoles ni le mercredi matin ni le mercredi après-midi,
  • Nous ne voulons pas de la régionalisation de la formation professionnelle,
  • Nous ne voulons pas de l’abandon aux régions de l’orientation scolaire,
  • Nous ne voulons pas de l’école du socle de compétences,
  • Nous ne voulons pas des services partagés école-collège,
  • Nous ne voulons pas des contrats d’objectifs tripartites Etat-collectivités-établissement
  • Nous ne voulons pas de la double tutelle Etat - collectivités sur nos missions et conditions de travail,
  • Nous voulons rester fonctionnaires d’Etat.


Voilà ce que veulent les personnels, voilà ce qu’ils disent, voilà ce qu’ils veulent que leurs organisations expriment, voilà ce que le ministre pour l’instant a refusé d’entendre.

Alors que le ministre annonce un vote de son projet de loi au début de l’été, la voie de la sagesse pour sortir de ce conflit est qu’il abroge le décret sur les rythmes scolaires et remette à plat son projet de loi.

Que répond le ministre ? Que répond-il aux revendications ? Que répond-il à la grève d’avertissement ? Va-t- il rester sourd aux revendications ? Les personnels veulent une réponse.

La FNEC FP-FO appelle les personnels à se réunir dans les établissements, écoles, collèges, lycées pour apprécier les réponses du ministre et confirmer les revendications dans ces réunions et assemblées générales.

La FNEC FP-FO appelle ses syndicats à prendre l’initiative de réunions intersyndicales à tous les niveaux pour évaluer les réponses du ministre et confirmer les revendications.

Réunies le 28 janvier dernier, les Fédérations syndicales de l’éducation nationale, sont convenues de se réunir rapidement après le 12 février. La FNEC FP FO propose dès aujourd’hui à toutes les fédérations syndicales de se réunir au plus vite afin de demander une audience urgente au ministre de l’Education nationale.


Accueil | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP