Snudi Force Ouvrière
Retrait du projet de loi El Khomri

La grève interprofessionnelle jusqu’au retrait est à l’ordre du jour.

jeudi 7 avril 2016

Le 31 mars, dans toute la France, 1,2 million de salariés et jeunes, dans plus de 242 villes, ont démontré leur détermination à faire retirer le projet de loi Travail.
Dans le cadre de la grève interprofessionnelle à l’appel de FO, CGT, FSU et Solidaires avec l’UNEF, la FIDL et l’UNL, 30 000 personnes ont battu le pavé à Bordeaux, 10 000 à Rennes, 100 000 à Toulouse, 25 000 à Nîmes, 15 000 à Rouen, 2 500 au Havre, 10 000 à Carcassonne, 5 000 au Puy, 4 000 à Evreux, 7 000 à Strasbourg, 5 000 à Amiens, 10 000 à Tours, 5 000 à Metz, 3 000 à Bourges, 3 000 à La Roche sur Yon, 3 000 à Bourg en Bresse, 7 000 à Avignon, 25 000 à Grenoble, 30 000 à Bordeaux, 120 000 à Marseille… Pour Paris, 160 000 personnes…. Partout le nombre de manifestants est deux à trois fois plus important que le 9 mars.

La revendication est claire : « Ni amendable, ni négociable : retrait du projet de loi ! »

Au soir du 31, les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL ont adopté un communiqué qui se termine ainsi : « Si le gouvernement ne répond pas, les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL resteront déterminées à poursuivre et amplifier la mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi travail et à conquérir de nouveaux droits sociaux y compris par les manifestations et la grève interprofessionnelle. »

« (…) le gouvernement devrait ouvrir les yeux et les oreilles, prévient Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO. Le président de la République a été sage hier, en retirant le projet de loi sur la déchéance de nationalité. Il faut qu’il soit sage aujourd’hui aussi en retirant le texte de la loi travail. Si le gouvernement ne comprend pas, cela veut dire qu’il y aura des suites, y compris par la grève. » CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL appellent à manifester le 9 avril. Ce 9 avril s’inscrit dans la préparation de la grève interprofessionnelle.

Les salariés s’interrogent sur l’expérience de 2010 où ils avaient été appelés à une journée de grève par semaine, ce qui n’avait pas permis d’obtenir satisfaction. Ils considèrent qu’il vaut mieux faire la grève en continue en s’appuyant sur l’unité des confédérations, sans la CFDT et l’UNSA, pour gagner sur le retrait.

Le refus du gouvernement de répondre à la revendication met à l’ordre du jour la grève jusqu’au retrait du projet de loi.

  • Le SNUDI-FO appelle les collègues à se réunir en assemblée pour discuter et décider de la suite pour obtenir le retrait de ce projet et poser la question de la grève jusqu’à son retrait.
  • Il appelle les PE, les contractuels (CUI, AVS, EVS…) à participer massivement aux manifestations du 9 avril.

Montreuil, le 4 avril 2016


titre documents joints

Appel au 9 avril

7 avril 2016
info document : PDF
443.2 ko

Accueil | Plan du site | | Suivre la vie du site RSS 2.0

Site réalisé avec SPIP